Médiathèque

Repéré pour vous

Éducation

Autorité et attitudes éducatives : négociations et prises de décisions par consensus

De Marianne de Préville
S’il est bien un sujet d’actualité en éducation, c’est celui de l’autorité. Plusieurs auteurs et autrices ont exploré la question sous diverses formes et ce cahier propose de repérer et de comprendre les mécanismes qui se mettent en place quand nous nous positionnons en tant qu’éducateur ou éducatrice. Entre autoritarisme et laisser faire, quelles interactions entre enfants et adultes ?

« La mission de l’autorité éducative est de sortir du schéma de l’obéissance aveugle pour que les enfants comprennent, se responsabilisent, s’expriment » [1]. Celui qui autorise est celui qui permet, qui rend possible. L’autorité de l’adulte est essentielle à la structuration de l’enfant. Faire autorité, avoir de l’autorité, avoir peur de la perdre ou d’en abuser, se demander quels en sont les enjeux et pourquoi j’attends des enfants qu’ils fassent ce que je dis, et vite ?

Entre la permissivité et l’autoritarisme, la voie est bien celle de l’autorité éducative, qui se travaille dans un chantier permanent auprès de chaque enfant, par nos actes, nos paroles et ce que nous mettons en place dans la relation avec eux. Dans les années 80, un collectif de formateurs Cemea [2] a identifié cinq attitudes prédominantes dans les relations interpersonnelles : la directivité (tu dois faire ceci / ne fais pas ça), la manipulation (si…alors…), la négociation (décider avec), la non-directivité (la liberté dans un cadre clair) et le laisser-aller (je m’en fous). Chacune de ces attitudes fait l’objet d’une définition, les enjeux en sont explicités et plusieurs exemples concrets sont présentés dans lesquels il est impossible de ne pas se reconnaitre puisqu’à part l’attitude du laisser-aller, les quatre autres se justifient selon les contextes. Des tableaux récapitulatifs donnent une vue d’ensemble de ces différentes façons d’être autoritaire ou autorisant avec les enfants, avec leurs avantages et leurs inconvénients. Une technique de négociation en groupe est développée. Le maniement de cet outil prend du temps mais est très satisfaisant pour les participant·e·s et devient un très bon entrainement à la prise de décision par consensus plutôt qu’à la majorité.

La lecture de cet ouvrage devrait permettre à chacun·e de décrypter ses façons de faire et de mieux les mettre en accord avec ce qu’elle veut transmettre aux enfants. Au-delà des découvertes et des apprentissages que l’enfant fait en collectivité lors des activités proposées, ce sont les interactions entre les personnes qui vont aussi contribuer à faire des espaces parascolaires des lieux d’éducation et d’apprentissage du vivre ensemble.

 

[1] De Préville, M. (2017), Autorité et attitudes éducatives, In : Cahier Cemea no 276, p. 31

[2] Cemea : centres d’entrainement aux méthodes d’éducation active

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus