---

Newsletter CREDE - No 149 (18 juin 2019)

 

Sommaire

Le périscope : L'Éduc' Écran : le nouvel outil ludique de médiation

- Info du CREDE : visite de la médiathèque

- Formation continue : Santé au travail, Premiers secours, Pistoia-Reggio, Communication Non Violente

Zoom sur le parascolaire Egalité filles garçons

- Un album à partager : Marcel et le nuage

- Info partenaires : 
- Plateforme PEP-CREDE : Entre enfance et adolescence : les adonaissants ? Comprendre les besoins des 8-12 ans. Conférence de François de Singly
- Les enfants dessinent l'avenir : soutenez la journée d'action du 16 novembre

- Horaires du CREDE :
- ouvert le samedi 6 juillet de 9h à 12h
- fermé pour un mois, du vendredi 12 juillet 15h au lundi 12 août 9h30

---

Le périscope

 

L'Éduc' Écran : le nouvel outil ludique de médiation


Pour prévenir les parents des dangers de la surexposition aux écrans

Le CREDE vous présente un outil original de médiation permettant de réfléchir entre parents et professionnels à la place des écrans dans la famille - et dans la société - quand on a des jeunes enfants (0-6 ans). Sans stigmatiser ni culpabiliser, mais en incitant à mener une réflexion interactive, il est conçu comme un outil ludique d'explication : représentations, préjugés, expériences, et il est destiné à être utilisé comme un support à des débats dans le cadre d'animations, d'ateliers, de groupes d'échanges, de Cafés de parents ou de toute autre animation collective dans le champ de la parentalité.

Cette boîte de jeu peut être empruntée pour 6 semaines.

CR

Retrouvez les anciens documents de cette rubrique sur le site internet du CREDE

---

Info du CREDE

 

Visite de la médiathèque

Nous vous rappelons qu'il est possible de visiter la médiathèque du CREDE en groupe (par exemple en équipe ou avec des apprentis). Afin de pouvoir vous accueillir dans les meilleures conditions, il est impératif de prendre rendez-vous. Des présentations en soirée peuvent également être organisées.

Contact et informations : corinne.rochat@crede-vd.ch

---

Formation continue

Nouvelles propositions de formation continue pour septembre et octobre 2019

Prendre soin de sa santé ostéo-articulaire d'adulte et accompagner le développement sensori-moteur des enfants de 0 à 6 ans
2 et 9 septembre 2019
Infos et inscription

Pédagogie de projet et planification en référence aux expériences de Reggio Emilia et Pistoia
18-19 septembre et 13 novembre 2019
Infos et inscription

Des jeux pour transmettre la Communication Non Violente aux enfants... et aux adultes
1-2 octobre et 12 novembre 2019 (uniquement parascolaire)
Infos et inscription

Premiers secours à l'enfant et pratique de réanimation
9 octobre 2019 de 13h30 à 17h.
Infos et inscription

---

Zoom sur le parascolaire

 

Egalité filles garçons

"L'autre jour, je suis allée voir une conférence de Sylvia Federici et la conférence traitait de la grève des femmes du 14 juin. Elle m'a redonné envie de faire la grève des femmes. Elle parlait des micro actes du quotidien qui sont comme des petites grèves du quotidien, ça m'a beaucoup parlé même si elle n'a pas forcément donné d'exemples. Et je me suis dit que j'allais écrire un texte pour expliquer pourquoi moi aussi j'ai envie de faire la grève des femmes.

L'autre jour, en attendant ici, j'ai lu un 20 min (le journal) et j'ai constaté que dans ce média, il y a avait encore beaucoup de travail à faire. A la page des sports, il n'y avait que des hommes représentés un peu comme si le sport c'était que pour les mecs. Alors, ça m'a rappelé une conversation une fois où l'on parlait de la cour de récréation lorsque l'on est enfant. Je ne sais pas comment c'est maintenant mais il y a 25 ans, je me souviens bien que les filles étaient toutes dans un coin alors que les garçons couraient partout grimpaient au tilleul de la cour et prenaient toute la place. C'est comme si on nous avait appris en tant que petites filles déjà à prendre un rôle bien défini. Sur moi, cela eu un gros impact, plus tard lors des cours de gym, je n'osais rien faire. Utiliser mon corps était gênant, je ne savais pas comment m'y prendre et j'ai  même fini par pleurer un jour où la prof de gym m'a forcé à essayer de faire une montée du ventre sur des barres parallèles. Du coup dès que j'ai pu, j'ai lâché le sport pour être bien sûre que jamais je ne sois remise dans une position de malaise en public. Ce n'est qu'il y a deux ans que je me suis mise au vélo et ça, ça a été une libération. Tout à coup, j'ai découvert que moi aussi je pouvais utiliser mon corps et aussi la rue. Parce que la rue parfois, elle fait peur. Les ruelles sombres le soir, aucun moyen de se défendre en cas d'agression. Tout à coup le vélo, c'était la possibilité d'aller vite et tester mon corps. Alors je dis pas qu'une grève des femmes va tout régler mais au moins, on peut mettre tout ça à jour et trouver des solutions ensemble.

J'aimerais ne pas avoir peur le soir en rentrant chez moi. J'aimerais que l'on montre des femmes sportives. J'aimerais apprendre aux petites filles à grimper aux arbres. J'aimerais ne pas être réduite à un corps faible."

 

J’ai découvert ce texte témoignage anonyme  près de l’arrêt de bus lausannois de la Maladière,  une semaine avant la grève des femmes du 14 juin. Merci à vous, Madame, qui avez laissé cette trace écrite. La journée de grève est passée mais le travail pour une égalité entre les filles et les garçons, entre les hommes et les femmes  continue.  Vous parlez, entre autre,  de votre rapport à votre corps et du sport. Qu’en est-il actuellement de cette question dans l’éducation des enfants ?

Les ouvrages de Françoise Héritier montrent que ce sont les institutions, les pratiques quotidiennes, les rituels et les pratiques éducatives qui soutiennent les formes culturelles propres à chaque société pour « habiller » [1] la différence des sexes. La notion de « genre » a permis de repérer les conditionnements culturels, les façons du « devenir fille ou garçon » et les discriminations entre garçons et filles.  Martine Court [2], en analysant deux magazines destinés aux filles entre 8 et 12 ans, a constaté que les modèles de conduites proposés au sujet du sport et du travail de l’apparence (vêtements, accessoires, contrôle du poids, normes diététiques, activité physique etc.)  étaient  très stéréotypés. Dans la rubrique « sport », les filles sont représentées comme douillettes, craignant de chuter, de se noyer, de se blesser. L’experte de l’activité concernée conseille de ne pas prendre de risques et de protéger son corps. Les magazines généralistes destinés à un public mixte ne présentent pas la pratique sportive au féminin de façon stéréotypée et ne proposent pas d’articles sur le travail de l’apparence.

Pour la petite histoire, c’est le 5 août 1984 qu’a eu lieu, aux jeux olympiques de Los Angeles, le premier marathon féminin. Marie-Claire Gross [3] fait dire à l’un des narrateurs de son roman: « C’est une chance que la Suisse soit représentée. Et il rêve, enthousiaste : les femmes seront bientôt égales aux hommes dans tous les sports et dans la société ! ». Peut-être bien que les femmes sont actuellement présentes dans la quasi-totalité des disciplines sportives, néanmoins beaucoup de fédérations sportives exigent  des tenues plus sexy chez les femmes. Plus elles pratiquent un sport réputé masculin, plus les championnes sont mises en image dans des tenues de gala, avec maquillage marqué, ongles voyants etc. Sport de compétition, érotisation des corps et glamour se déclinent encore selon les stéréotypes de genre et de culture profondément ancrés en nous [4].

Et pour continuer à travailler ce sujet dans l’accueil en associant les enfants au souci d’égalité dans le groupe, regardez les deux vidéos du site www.matilda.education, plateforme vidéo éducative sur l’égalité des sexes.

 

- La cour de récréation

La conquête de l’espace dans le sport

 

 

JBW

[1] Françoise Hurstel « Filles, garçons : du jeu dans les rôles » in Le Furet n°45 (2004), pp.16-17.

[2] Martine Court « Le corps prescrit. Sport et travail de l’apparence dans la presse pour filles » in Les Cahiers du genre n° 49 (2010), pp. 117-132.

[3] Marie-Claire Gross « 5 minutes 44 », Orbe : Ed. Bernard Campiche. Roman (2018).

[4] Eva Saro « Sport et féminité, un rapport qui reste complexe » in Educateur n°6 (2016), p.21.

 

Retrouvez les anciens documents de cette rubrique sur le site internet du CREDE.

---

Un album à partager

 

Marcel et le nuage

Je choisi pour cette rubrique un livre d’un auteur-illustrateur bien connu et honoré par de nombreux prix, dont j’aimerais souligner l’excellence de son travail. 

Au CREDE, plus de vingt titres ont été réunis, présentés et commentés, ceci à votre intention.

Il s’agit d’Anthony Browne, né en 1946 à Sheffield en Grande-Bretagne.

Il étudie les arts graphiques et obtient un diplôme dans la publicité. Peu intéressé par ses études, il travaille beaucoup le dessin du corps humain et deviendra assistant de l'artiste médical d’une université. Il est amené à réaliser des planches anatomiques reproduisant des opérations chirurgicales, réunissant ainsi sa passion pour la peinture et sa fascination pour l'intérieur du corps humain. 

Dessiner des cartes de voeux, cette activité lui permet de vivre et de n'éditer que les livres qu'il trouve importants.

En 2000, il a reçu le prix Hans Christian Andersen pour l'ensemble de son travail. Ses livres sont traduits dans plus de 40 langues.

“Ce que j’aime dans la conception d’un album, c’est le rapport entre les images et les mots, et la manière dont un enfant peut faire le lien entre les deux. J’adore mettre des indices visuels dans mes livres, des indices qui nous donnent une idée de ce qui se passe vraiment dans la tête et dans le cœur des protagonistes, ce qui permet à l’image de raconter une autre histoire que celle mise en avant par les mots (...). Les enfants sont capables de tellement de choses, plus que ce que les adultes pensent. Ils peuvent appréhender des idées complexes et sophistiquées avec une certaine aisance, ils ont une conscience visuelle bien plus affutée que celle des adultes, ils remarquent les détails et les indices dans mes livres bien plus rapidement que leurs instituteurs et leurs parents.”

Dans notre histoire, Marcel, le petit singe fétiche aux chaussettes toujours dépareillées, décide d’aller au parc se promener. Mais l'unique nuage présent dans le ciel semble s'acharner contre lui en restant au-dessus de sa tête. Il grossit, tout comme la peur de Marcel. Pas moyen de s’en débarrasser ! Marcel, plutôt réservé de nature, va découvrir qu’il vaut peut-être mieux faire jaillir sa colère pour de bon. Face au ciel il explose, faisant éclater le nuage en pluie délicieusement fraîche. 

C'est en faisant front qu’il parvient à retrouver enfin le sourire et par là, son estime de soi.

Peu d’ouvrages pour la jeunesse valorisent cette extériorisation mais A. Browne nous démontre avec talent qu’elle peut aussi être salutaire.

Le texte est simple, avec peu de mots, alors que les images fourmillent de détails et de références (peinture, cinéma). 

Pas de doute, ce livre rejoint parfaitement le lecteur, petit ou grand.

 

• BROWN, A. (2016), Marcel et le nuage, Paris : Kaléidoscope

GB

Retrouvez les anciens documents de cette rubrique sur le site internet du CREDE.

---

Info partenaires

Plateforme PEP-CREDE

 

La plateforme PEP-CREDE fête ses dix ans...

et invite les professionnel.le.s de l'accueil parascolaire à la matinée de conférence donnée par François de Singly, auteur du livre "Les adonaissants"

Mercredi 25 septembre 2019, de 9h à 12h

Salle de Grand-Vennes
Ch. des Abeilles 17, 1010 Lausanne
 

Flyer et inscription

---

Les enfants dessinent l'avenir - Journée d'action

Le 16 novembre 2019... une magnifique opportunité pour l'Enfance... mais qui demande des moyens financiers !

Devenez fan et acteur de ce magnifique projet en participant financièrement aussi à ce projet...

https://www.lesenfantsdessinentlavenir.ch/

https://www.lokalhelden.ch/enfants

5.- CHF ou 10.- CHF... même les petites contributions seront utiles au financement de cette mobilisation en faveur d'une politique de l'enfance !

Hâtez-vous, il ne reste que 10 jours.

---

Horaires du CREDE

Le CREDE sera ouvert le samedi 6 juillet de 9h à 12h.

Le CREDE sera fermé pour un mois, du vendredi 12 juillet 15h au lundi 12 août 9h30.

---

CREDE, Av. des Figuiers 28, 1007 Lausanne, Suisse
info@crede-vd.ch - www.crede-vd.ch

---