Newsletter CREDE - No 147 (16 avril 2019)

---

Sommaire

Le périscope : Faciliter l’accueil de tous dans les structures de la petite enfance

- Formation continue : Nouveaux cours - automne 2019

Zoom sur le parascolaire Coéducation et interculturalité : enjeux et perspectives dans l'accueil de jour des enfants

- Un album à partager :  Le refuge 

- Info partenaires : Journée de formation PEP : Parents et professionnel-le-s ensemble… Oui, mais pourquoi ? 
Mercredi 5 juin à l'EESP

- Ouverture du samedi : 4 mai de 9h à 12h

---

Le périscope

 

Faciliter l’accueil de tous dans les structures de la petite enfance

Cet article de Valérie Vivet, dans la revue française « Métiers de la petite enfance » N°267 de mars 2019, a titillé ma curiosité : comment faciliter l’accueil des enfants et de leur famille avec leur différence, handicap ou maladie ?

Dans le département de la Haute-Garonne, un collectif réunissant parents, professionnels, partenaires associatifs et institutionnels s’est constitué pour coordonner l’ensemble des ressources existantes afin de faire vivre et développer les initiatives en faveur de l’accueil de tous les enfants, y compris en situation de maladie ou de handicap.

Ce lieu ressource est avant tout le résultat d’une démarche participative, qui a débouché sur des actions autour de quatre axes : sensibiliser, accompagner, mettre en réseau et former.

Concrètement, un guide téléchargeable sur le site https://accueilpourtous31.fr/ est à la disposition des parents comme des professionnels. Un cycle de formation est dispensé régulièrement pour les professionnels tandis que pour les familles, l’université populaire de parents de Toulouse axe la recherche sur les ressources et les connaissances de ces parents en mouvement pour une société inclusive.

Le champ d’action de cet espace ressource a pour objectifs de :

- Croiser les regards et les réalités des familles et des professionnels afin de définir un accueil de qualité.
- Faciliter le partage d’expériences et l’échange de pratiques d’accueil d’enfants en situation de handicap.

- Soutenir les réflexions et les actions des professionnels.
- Valoriser les pratiques des lieux d’accueil.
- Mutualiser les informations.

Saluons cette initiative qui s’est développée grâce à l’alliance de parents et de professionnels. Elle a le mérite d’épauler les uns et les autres vers des solutions adaptées aux besoins et souhaits de chacun.

 

Vinet, V. (2019), Faciliter l’accueil de tous dans les structures petite enfance, in : Métiers de la petite enfance, no 267, mars 2019, pp. 30-32

 VCL

Retrouvez les anciens documents de cette rubrique sur le site internet du CREDE

---

Formation continue

Il reste des places !

Premiers secours à l’enfant et pratique de réanimation (formation certifiée SRC)
Intervenant : Vanni Bernasconi

½ journée : 22 mai 2019 de 13h30 à 17h00
Infos et inscription

  * * *

Atelier : Etre le seul homme de l’équipe, bonheur ou solitude ?
Intervenant : Dr. Alexis Burger

18 juin 2019 – 15h00 à 18h30
Infos et inscription

 

Nouvelles propositions de formation continue : septembre à décembre 2019 (programme non exhaustif)

Des jeux pour transmettre la communication non-violente aux enfants… et aux adultes

Intervenante : Elisabeth Chappuis

1–2 octobre et 12 novembre 2019
Infos et inscription

Prendre soin de sa santé ostéo-articulaire et accompagner le développement sensori-moteur des enfants de 0 à 6 ans
Intervenant : Laurent Vuilleumier

2 et 9 septembre 2019 
Infos et inscription

  * * *

Pédagogie de projet et planification en référence aux expériences de Reggio Emilia et Pistoia
Intervenante : Paola Trigari

18–19 septembre et 13 novembre 2019
Infos et inscription

  * * *

Impact sur les enfants de parents concernés par la violence conjugale : Dépistage, soutien et orientation
Intervenantes : Mme Bavaud, Mme Staedler et Mme Gerber

6–7 et 21 novembre 2019
Infos et inscription

S’entraîner à la posture de direction
Intervenants :  Claude Mordasini et Jean-Luc Tournier

1er et 2 octobre 2019
Infos et inscription

* * *

Impact sur les enfants de parents concernés par la violence conjugale : Le rôle des directions dans le soutien des équipes et le respect du cadre légal
Intervenantes : Mme Bavaud, Mme Staedler et Mme Gerber

29 octobre et 14 novembre 2019
Infos et inscription

---

Zoom sur le parascolaire

 

Parents-professionnels : le trait d’union

Ne cherchez pas le document qui contiendrait ce titre car il n’existe pas. Il n’empêche que ce petit signe se retrouve dans la plupart des ouvrages qui font référence au travail socio-éducatif (encore un). Il relie ou sert d’intermédiaire entre différents éléments. Et ne laisse personne indifférent, surtout l’enfant à qui il profitera mieux que la barre oblique qui marque la division, la séparation ou l’opposition, signe qu’on ne voir nulle part mais qui est bien présent quand les professionnel.le.s accusent les parents de démission. Alors qu’en-est-il de ce trait d’union, que peut-il signifier, comment pourrait-il s’incarner dans le travail des équipes avec les parents des enfants accueillis en UAPE ou APEMS ?

Plusieurs auteurs ont écrit et écrivent encore sur ce sujet. Parmi eux, Laurent Ott [1] relève que les parents sont souvent présents dans les projets éducatifs mais continuent d’être absents du fonctionnement quotidien des institutions. Les enfants ont besoin d’un lieu qui ne soit ni la famille, avec ses enjeux affectifs, ni l’école, avec ses pressions de performance. Un lieu près de chez eux, libre d’accès où ils pourraient, chaque jour et même la nuit, trouver une attention, un accueil, des éducatrices et éducateurs qu’ils connaissent et qui sont membres d’une équipe stable. Un lieu où le parent trouverait aussi à s’investir. Ce serait une réalisation dans le projet de retisser des liens sociaux positifs de quartier car l’éducation, dont on charge lourdement les parents, concerne en réalité la société entière. Si les UAPE et les APEMS ne correspondent pas tout à fait à cette description, ils s’en approchent s’ils permettent aux enfants d’y trouver une attention, une écoute, une reconnaissance durable et si les parents ont leur mot à dire.

D’ailleurs, que propose-t-on aux parents? De collaborer, c’est-à-dire de mettre en commun des ressources et des savoir-faire, mais sans partage des décisions? De coopérer, partager les responsabilités et les tâches? De coéduquer, créer un partenariat centré sur la tâche d’éduquer l’enfant où chacun des acteurs doit être valorisé dans son rôle, ses compétences et son savoir-faire? Pour parler de coéducation, il faut un accord minimal sur ce que l’on veut développer chez l’enfant, sur la manière dont on va s’y prendre, sur le partage des tâches [2].

Jean-Claude Métraux [3] part de l’idée que nous sommes tous des migrants et que les enfants sont des migrants quotidiens entre leur famille, l’école et le lieu d’accueil. Vivre ce qu’il appelle une intégration créatrice concerne chaque enfant.  Vivre cette intégration, c’est-à-dire le couplage d’une loyauté nourrie au monde d’origine et d’un investissement positif du monde d’accueil permet un tissage d’appartenances plurielles. Les deux mondes sont à valoriser. Sans cela le risque est grand que l’enfant se sente de plus en plus tirailler entre les deux mondes et qu’il souffre, à l’adolescence, d’une double marginalisation. S’il y a de moins en moins de dénominateur commun entre ses mondes, il sera progressivement écartelé par des conflits de loyauté et par l’absence de connivence entre ses parents et le monde des enseignants ou des éducateurs. L’adolescent va alors rejeter l’un et l’autre en s’auto-excluant et choisir un monde tiers, celui de la violence, de la délinquance, de la toxicomanie, du suicide, de la psychose, etc.  « La double marginalisation constitue l’épidémie la plus répandue, parfois mortelle, parmi les jeunes du XXIème siècle ».[4] 

Jean-Claude Métraux considère les structures d’accueil parascolaire comme un monde de transition « l’espace du voyage de l’enfant entre ses deux mondes majeurs, sa famille et l’école… le lieu rêvé où les cordes de l’enfant pourraient se tresser » [5]. Et que faire pour favoriser ce tressage ? Œuvrer  pour rendre ces deux mondes moins étrangers l’un à l’autre, autoriser pleinement les deux appartenances et leur expression (langue, musique, cuisine, etc.), stimuler la conscience des similitudes entre les mondes et penser les professionnel.le.s d’accueil comme des médiateurs et médiatrices entre la famille et l’école, tissant une relation de reconnaissance mutuelle tant avec les parents qu’avec les enseignant.e.s.

Un trait d'union qui en dit long!

 

[1] Ott, Laurent (2014), Travailler avec les familles. Parents-professionnels : un nouveau partage de la relation éducative, Toulouse : Erès

[2] Sellenet, Catherine (2012), Parents-professionnels : une co-éducation en tension, in : Parents-professionnels à l'épreuve de la rencontre, Toulouse : Erès, pp. 29-48

[3] Métraux, Jean-Claude (2016), Familles d’ici et d’ailleurs : accueillir et se rencontrer, in : Coéducation et interculturalité : enjeux et perspectives dans l'accueil de jour des enfants, Lausanne : PEP, pp.5-20

[4] Idem, p. 10

[5] Idem, p. 19

JBW

Retrouvez les anciens documents de cette rubrique sur le site internet du CREDE.

---

Un album à partager

 

Le refuge

La démarche créative de Géraldine Alibeu pour l’album « Le refuge » est intéressante et digne d’être soulignée dans cette rubrique. 

Pendant six mois, une école française a invité l’auteure en résidence afin de partager un projet d’enseignement axé sur la lecture et sur la culture littéraire partagée par tous.

Le refuge (l’ouvrage est alors en construction) sera le fil rouge de différentes activités. Au sein d’une classe, elle va donc participer aux différents temps scolaires, aux ateliers et autres événements littéraires à travers la ville. La réalisation de cet album s’inspirera de ce temps passé avec les enfants.

Voici comment l’éditeur Cambourakis présente ce récit :

Richard décide de se construire un refuge en cas de besoin, un endroit bien à lui. Mais à peine le refuge terminé, sans lui demander son avis, un oiseau vient s’y poser pour faire son nid, puis une dame qui fuit ses enfants, un monsieur lui construit une tour de guet, des enfants viennent participer... Richard accueille tout le monde et s’inquiète de les protéger. Il finit par vouloir rentrer chez lui et laisse le refuge ouvert à tous ceux qui le souhaitent ; un abri miroir de la créativité et de la diversité des individus qui l’ont aidé à le bâtir. Un album doux, coloré et généreux, qui donne une réflexion sur l’accueil et l’altruisme.

Oui, cet album parle bien d’accueil, de partage et d’altruisme, mais ce qui m’a le plus touché dans cette histoire, c’est qu’avant d’être un refuge pour tous, cet endroit a été choisi et investi par Richard, qu’il a été à l’écoute de ses besoins en se lançant dans cette construction.

Sa réalisation va être reconnue publiquement (un agent de sécurité, un géomètre et deux ouvriers du bâtiment, rien que ça) et validée par une pancarte « refuge de monsieur Richard ». 

Choisir des matériaux, construire sa cabane prend du temps. On est déjà au milieu de l’histoire. Et c’est seulement à partir de ce moment que Richard sera à même d’accueillir des visiteurs désirant l’hospitalité. 

Pour ouvrir sa porte, l’auteure souligne de manière subtile toute l’importance de pouvoir « échafauder » un lieu bien à soi avant !

Géraldine Alibeu se définit d’abord comme illustratrice, même si elle passe parfois par l’écriture, comme dans cet ouvrage. Pour ce dernier, elle utilise des collages de papiers divers, rehaussés de noir, sur fonds au crayon gris. Cette mise en scène illustre à merveille ces cabanes-refuges, faites de bric et de broc. Elle rend ainsi hommage aux enfants avec qui elle a partagé ces quelques mois. 

Géraldine Alibeu déploie, comme à chaque fois, un style tout en sensibilité avec une grande tendresse pour la nature humaine. 

 

A découvrir : le blog de cette résidence d’artiste : lesrefuges.blogspot.com

 

Alibeu, G. (2017), Le refuge, Paris : Cambourakis 

GB

Retrouvez les anciens documents de cette rubrique sur le site internet du CREDE.

---

Info partenaires

Journée de formation PEP


Parents et professionnel-le-s ensemble… 
Oui, mais pourquoi ?

Intervenants :
- Pierre Moisset, sociologue consultant en politiques sociales et familiales, auteur de nombreuses publications liées à l’accueil de l’enfance
- Plusieurs professionnel·le·s de l’enfance
- Des parents

Mercredi 5 juin 2019

Lieu : Haute école de travail social et de la santé, EESP, Abeilles 14, à Lausanne

Flyer et inscription 

---

Ouverture du samedi


Le CREDE est ouvert le samedi 4 mai de 9h à 12h.

---

CREDE, Av. des Figuiers 28, 1007 Lausanne, Suisse
info@crede-vd.ch - www.crede-vd.ch

---