Médiathèque

Repéré pour vous

Développement de l’enfant

Motricité libre : ces bébés que l’on assoie

De Jean-François Robineau
Comment expliquer aux parents qu’il ne faut pas asseoir les bébés avant qu’ils ne soient capables de le faire en toute autonomie ? Jean-François Robineau, psychomotricien, nous livre des explications théoriques qui seront très utiles pour un partage avec les parents sur les pratiques parentales et celles de la collectivité.

Dans les lieux d’accueil qui réfléchissent au développement psychomoteur harmonieux des tout-petits, source d’une véritable autonomie, les équipes éducatives n’ont sans doute plus besoin d’étayage théorique pour se convaincre du bien-fondé de leurs pratiques : peu ou pas de « transats », absence de portiques et de « youpalas ».

Oui mais voilà… il existe des pratiques familiales bien différentes. Parfois, des parents arrivent à la nurserie en expliquant avec fierté que leur bébé de 4 mois est déjà capable de rester assis de longs moments… Que dire ? Que faire ? Comment expliquer ?

Cet article de deux pages résume (donc facile à en proposer une lecture aux parents) parfaitement bien la complexité de la construction de la verticalité dans la vie du tout-petit. Un long processus tenant compte des huit niveaux posturaux intermédiaires qui serviront de base indispensable à une véritable autonomie.

Un paragraphe explique en détail ce qui se passe pour un bébé que l’on a mis assis trop tôt : hyper-rigidité du tronc – source de stress, front plissé – signe d’inquiétude et finalement, impossibilité d’explorer – expression d’une grande frustration.

Aucun adulte n’a vraiment envie de faire vivre cela à un enfant, non ?

 

Pour en savoir plus :

Pour les parents :
Forestier, M. (2006), En marche pour la vie ! La belle histoire de l’apprentissage de la marche, conseils pour accompagner l’enfant, Fontaine : Ed. Thot

Pour les professionnel·le·s :
Forestier, M. (2018), De la naissance aux premiers pas, Toulouse : Erès

 

Robineau, J.-F. (2021), Motricité libre : ces bébés que l’on assoie, In : Métiers de la petite enfance, no 293, mai 2021, pp. 38-39

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience optimale de navigation. En continuant de visiter ce site, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. En savoir plus