Rechercher sur le CREDE

Médiathèque

Repéré pour vous

Compétences professionnelles

Les microtransitions à la crèche : comment aménager les moments intermédiaires au quotidien

De Dorothee Gutknecht et Maren Kramer
Destiné aux équipes éducatives, un livre vient de sortir sur les microtransitions à la crèche. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Engagée dans l’adaptation française de cet ouvrage, la pédagogue Raymonde Caffari-Viallon répond à cette question. 

« Microtransitions » ? Encore un néologisme ? Et à la crèche de surcroît… Essayons de comprendre. Entre l’arrivée de l’enfant le matin à la crèche des Oisillons et son départ quand son papa viendra le chercher, il va se passer beaucoup de choses : jouer, participer à une activité proposée par l’adulte, aller aux toilettes ou avoir sa couche changée, manger, se préparer pour la sieste, aller au jardin… Cela implique souvent de s’interrompre, de changer de lieu, de mettre ou enlever des vêtements.

Des moments intermédiaires périlleux
Le passage d’un moment de la journée à un autre, dans une collectivité de petits enfants, est difficile. Pour les enfants, il s’agit d’un temps vide, attente, agitation, remise à l’ordre. Pour les éducatrices et éducateurs, cela demande organisation, attention à tous les enfants à la fois (est-ce possible ?), et habileté dans la tâche à accomplir, que ce soit brosser les dents ou mettre les chaussures. Dans les institutions de Suisse romande, on parle de moments ou de temps intermédiaires. Les auteures de ce livre, Dorothee Gutknecht et Maren Kramer, ont forgé le terme de « microtransition » pour les distinguer des « grandes » transitions, comme le passage de la maison à la crèche.

Comme dans son précédent ouvrage, Dorothee Gutknecht propose une attitude responsive, c’est-à-dire une ouverture et une attention aux besoins de chaque enfant, dans le quotidien du lieu d’accueil. Or, dans les temps de transition, il est tentant de s’occuper d’abord de la transition et de compter sur les capacités d’adaptation des enfants pour que tout se passe bien. Souvent, ce n’est pas le cas.

Un livre qui apporte des solutions
Pour que les petits puissent vivre ces moments sans s’ennuyer ou s’agiter et l’adulte donner son attention à chacune et chacun, la clé réside dans l’organisation. Dans ce domaine, le livre de Gutknecht et Kramer est riche en propositions. Ce ne sont pas des recettes à appliquer, mais des analyses de situations et des réponses à donner aux difficultés rencontrées: par exemple, plutôt que de demander aux enfants d’attendre tranquillement leur tour pour passer à la salle de bain, ce qui leur est impossible, pourquoi ne pas organiser un endroit où des objets intéressants leur proposent une activité plaisante ?

« Lieux d’ancrage », « stations », comme les auteures les nomment, sont de nature à satisfaire les enfants et à grandement faciliter, pour l’adulte, un travail de qualité permettant le maintien d’une relation harmonieuse. Ces espaces aménagés peuvent être dotés de coussins, des livres et de jouets, à même d’offrir aux enfants un temps d’attente agréable avant le passage à l’activité suivante.

La grande qualité des Microtransitions à la crèche tient au fait que l’ouvrage se fonde sur une connaissance approfondie du développement des enfants et de la réalité des lieux d’accueil. Riche en exemples, abondamment illustré, il permet ce va-et-vient entre les concepts, l’organisation et le geste concret qu’implique le travail des équipes éducatives. C’est un outil précieux, qui peut permettre de faire de ces moments réputés difficiles des temps de vie riches et harmonieux, pour les enfants et les adultes qui s’en occupent.

Raymonde Caffari-Viallon
Auteure de Pour que les enfants jouent et coresponsable de la traduction française de Manger à la crèche et Microtransitions à la crèche

 

Le livre Microtransitions à la crèche est en vente au CREDE au prix de CHF 22.- (paiement comptant ou sur facture). Visitez notre boutique.

 

Gutknecht, D., Kramer, M. (2022), Microtransitions à la crèche : comment aménager les moments intermédiaires dans le quotidien, Le Mont-sur-Lausanne : LEP