Rechercher sur le CREDE

Médiathèque

Repéré pour vous

Éducation

Le mobilier en petite enfance. Être bien dans ses meubles

Faut-il ajouter des étagères, créer autrement les coins pour jouer, réaménager l’espace des soins et des repas ? Des questions que se pose toute équipe éducative dans le cadre de ses réflexions pédagogiques, car le choix de l’aménagement et du mobilier a un effet direct sur le comportement des enfants, il n’est plus besoin de le démontrer.

Le dossier d’articles réunis dans le no 313 de Métiers de la petite enfance est consacré au choix du mobilier et à l’aménagement de l’espace.

Depuis plusieurs années, les expert·e·s de la santé au travail s’intéressent aux qualités ergonomiques du matériel et des aménagements des lieux d’accueil de la petite enfance, afin de prévenir les douleurs posturales des professionnel·le·s.

L’article de Robineau, psychomotricien, « Respecter l’ergonomie de l’adulte et favoriser l’autonomie de l’enfant » décrit les impacts d’un mobilier inadapté sur les gestes quotidiens et répétitifs des adultes, mais également ce qui entrave le développement de l’autonomie des enfants. La table de change et son escalier attenant est un bon exemple de la complexité de conjuguer qualité de l’accueil des enfants et prévention de la santé des professionnel·le·s. En effet, le choix d’un tel mobilier implique que l’adulte privilégie l’autonomie et la relation à l’enfant tout en ayant organisé que le reste du groupe ne soit pas livré à lui-même. En l’absence d’un personnel en suffisance, ce peut être une source de stress.

Dans son article « Mobilier et pratiques pédagogiques, une influence réciproque », Rameau nous conduit vers les éléments constitutifs d’une réflexion centrée sur l’enfant : choix d’un mobilier qui se laisse détourner de sa fonction initiale pour devenir objet de découvertes et d’exploration – attention donnée aux espaces vides, fondamentalement nécessaires pour que se déploie l’activité autonome.

« Les structures de motricité en question » par Marie-Paule Le Gat, mesure les effets de la présence de ces grands éléments d’expérimentation psychomotrice que représentent les tours de grimpe et de glissades aménagées dans certaines salles de vie des enfants. Même si elles offrent souvent des possibilités de défoulement et d’interactions riches, ces structures peuvent aussi être sources de désillusion. L’auteure de l’article propose un petit tour des inévitables questions qu’entraine l’achat de ce type de mobilier : de quoi les enfants ont-ils besoin, quel cadre leur donner, quelles limites… la question du sens n’est jamais loin !

Métiers de la petite enfance, no 313, janvier 2023

A lire également :

Fontaine, A.-M. (2022), Aménager les espaces de jeu des tout-petits : attachement, exploration, imitation, Duval.