Centre de ressources en éducation de l'enfance

Tiguidanké

Tiguidanké, un album plein de malice pour passer à table et se régaler dès la première page. Et, tel un bon petit plat, cette histoire emprunte aux contes tous les ingrédients utiles pour en faire un mets de choix.

En mise en bouche, l’album s’ouvre sur une double page rouge remplie de recettes à peine lisibles, des recettes de farces en tout genre. Certainement un hommage à tous ceux qui doivent faire à manger au quotidien !

Afin de tenir tête à sa fillette au fort caractère ne voulant pas manger ce qu’il lui a concocté, un père, à bout d’argument, convoque le loup pour asseoir son autorité. Mais cela ne se passe pas exactement comme il l’avait espéré !

Remise de sa surprise une fois le père englouti, c’est au tour de Tiguidanké d’user de persuasion afin que le loup mange ses petits farcis dont elle a horreur…

Elle va inviter le chasseur, puis l’ogre et même le dragon. Cette histoire en randonnée va alors prendre le chemin inverse avec l’arrivée d’un dragon familial fulminant qui n’aime pas du tout être dérangé. Comme dans tous les contes qui finissent bien, le lecteur va vivre de manière jubilatoire le dénouement de cette histoire. Et comme les aventures ça creuse, on se demande bien qui va terminer l’assiette de notre héroïne !

François Soutif, l’illustrateur, joue des couleurs et des cadrages avec audace et puissance. On tremble un peu devant ses personnages, mais son trait plein d’humour nous les rend sympathiques, surtout devant cette enfant dégourdie et autoritaire.

Organisée comme une scène de théâtre, cette histoire se déroule dans la cuisine avec pour plateau un carrelage flamboyant et coloré. Sur la gauche, la porte est ouverte pour accueillir la succession des protagonistes.

Voici également un album intéressant par sa contribution à défendre l’altérité dans la littérature jeunesse. Et plus spécifiquement en mettant en scène une héroïne de couleur dans son quotidien.

Pour réfléchir à cette problématique, je vous renvoie au blog mistikrak.ca « Négritude et littérature jeunesse » qui offre des critiques de livres pour la jeunesse, principalement en français, mettant en scène au moins un personnage noir ou métissé de descendance africaine et/ou caribéenne.

« Il existe beaucoup d’albums jeunesse mettant en scène des personnages noirs qui abordent des sujets tels que l’esclavage, le racisme, la migration ou la discrimination. Ces histoires sont importantes. Toutefois, l’expérience identitaire de l’enfant noir va au-delà de l’esclavage, du racisme, de la migration ou de la discrimination. Pour se découvrir pleinement, exposons-les aussi à des histoires de dragons, de sorcières, de fées magiques, de princesses, de super-héros, d’animaux, de familles, d’amour, d’amitié et de victoires où les personnages principaux leur ressemblent. Exposons aussi les enfants blancs comme noirs à des histoires où la couleur de la peau n’est qu’un détail pas plus important que la taille ou la couleur des yeux. Apprenons-leur à être ouverts sur le monde et développons leur sens critique. Lisons à nos enfants des histoires inspirantes et pleines d’aventures qui ouvrent le dialogue sur la diversité culturelle et ethnique tout en les aidant à s’épanouir sainement ».

Pour terminer, si vous désirez compléter votre menu, venez au CREDE découvrir  l’exposition Le goût de lire* avec une brassée d’albums à dévorer des yeux et des oreilles. Des albums pour savoir ce qu’on mange, des albums pour mettre la main à la pâte, ou encore des histoires où manger fait grandir ! 

*inspiré par le Centre de littérature de jeunesse de Bruxelles qui a fait une sélection d’ouvrages dans le cadre de la semaine de l’alimentation / www.cljbxl.be

 

Simon-Catelin, V., Soutif, F. (Ill.) (2020), Tiguidanké, Paris : Kaléidoscope

 

Le CREDE est soutenu par :

Contact

CREDE
Av. des Figuiers 28
CH - 1007 Lausanne
 
Tél 021 601 74 54
Email:

Plan d’accès

Bus ligne 1 ou 6, arrêt Maladière ou ligne 25, arrêt Maladière-Figuiers