Centre de ressources en éducation de l'enfance

Rien qu’ un arbre ?

Il y a la vie des arbres et il y a la vie des capsules à café. Les premiers purifient notre air, les secondes polluent notre terre. Et puis il y a… la vie de l’arbre en capsules de café.

Cette année, l’équipe de l’UAPE dans laquelle je travaille a accepté de relever le défi de créer des décorations faites de matériel de récupération pour agrémenter les journées du film vert à Rolle. Ce festival de l’année 2018 avait pour thème « l’arbre ». Le film principal « L’intelligence des arbres » avait pour objectif de changer le regard que l’on peut porter sur le vivant, les arbres et les forêts (http://www.festivaldufilmvert.ch/fr/suisse-romande).

Les consignes données aux UAPE prêtes à participer étaient d’utiliser uniquement du matériel de récupération. L’équipe s’est donc lancée dans cette aventure et a sollicité la participation des parents. Bouteilles en PET, bouchons, capsules à café, tout était bon à ne pas être jeté mais à vivre une nouvelle vie dans ce projet et nous avons très vite reçu du matériel en suffisance.

Les enfants ont activement participé à la création de divers objets subtilement transformés en monstres, fleurs et guirlandes. Certaines décorations terminées sont venues orner une branche d’arbre qui est partie à Rolle parer la salle de projection du film « L’intelligence des arbres ».

Une fois la tâche de notre arbre remplie, nous avons demandé aux organisateurs si nous pouvions le récupérer pour décorer l’entrée de notre UAPE. Il est donc remonté « chez lui ».

Puis est venue la fin de l’année et la soirée des parents : spectacle, buffet et discussions. C’est à cette occasion qu’un papa nous a approché pour nous demander s’il pouvait acheter notre arbre. A une condition cependant : que le montant offert soit reversé à une association. Une des EDE travaillant à l’UAPE est originaire d’Indonésie. Elle avait prévu de rentrer dans son pays pour les vacances d’été et c’est tout naturellement que notre choix s’est porté vers l’association Milas dans la ville de Jogjakarta. Cette association s’occupe de l’intégration des enfants de la rue qui n’ont pas d’identité. Elle leur offre gratuitement de la nourriture, un service sanitaire, des soins et la possibilité de participer à des ateliers d’artisanats ou de travailler dans des plantations.

Souvent nous craignons que nos dons se perdent et n’atteignent pas le principal bénéficiaire que nous avons choisi. Dans ce cas notre collaboratrice est directement allée l’apporter en main propre. Nous avons décidé qu’une partie de cet argent lui permettrait également d’acheter des jeux confectionnés par les enfants sur place et de les ramener à l’UAPE.

Cet été 2018 a malheureusement eu lieu le séisme de Lombock et notre don a pris encore plus de sens.

Cette expérience démontre un bel échange de savoirs, de la créativité et de l’interculturalité. Dans un premier temps, les enfants que nous accueillons ont pu être sensibilisés à la pollution de notre planète et à la récupération. Dans un deuxième temps l’occasion nous a été offerte de nous ouvrir sur le monde et ses différentes cultures. Dès lors par cet échange entre la Suisse et l’Indonésie, l’opportunité est créée pour la discussion et l’ouverture sur l’autre et sur la différence. Vivre dans des pays différents, avoir des autres besoins, mais participer chacun à des ateliers créatifs et être des enfants.

Dans cette histoire, les enfants de l’UAPE ont été sensibilisés à l’écologie et au fait que nous sommes tous responsables de notre terre. Ils ont aussi pu constater qu’elle est peuplée d’autres enfants et être sensibilisés à la citoyenneté[1] et à l’interculturalité. Les parents ont eu l’occasion de participer à un projet du lieu d’accueil de leurs enfants et d’échanger avec les professionnel.le.s autour d’un but commun. Quant aux professionnels, ils ont une fois de plus démontré leurs savoirs, leur réflexion et leur engagement. Un projet, aussi petit semble-t-il au départ, est à coup sûr, à la fin, le résultat de la mise en œuvre de nombreuses compétences de leur part.

A ce stade de l’histoire, notre arbre orne majestueusement un bureau de la région de la Côte, et, pour notre UAPE, l’histoire continue par un échange entre enfants du monde. Comme quoi, arbre et capsules à café peuvent partager un bel avenir.

L’action, les connaissances et la réflexion des professionnels peuvent transformer une branche morte pleine de capsules de café récupérées en action citoyenne pour les adultes de demain.

Pensons-y !

Sophie Uhlmann/5.7.18

[1] Malatesta, D. et Golay, D. (2009). L’enfant dans la Cité. Enjeux de reconnaissance, enjeux de citoyenneté, enjeux de travail social. Les « tweens » (9-12 ans) à Lausanne et Bussigny. Rapport de recherche à l’intention de la ville de Lausanne. Lausanne : Haute école de travail social et de la santé, EESP.

Soit on réfléchit à la place des enfants dans l’action publique et on cherche à en faire des êtres responsables et actifs en leur apprenant les procédures – organiser, réaliser des projets, voter, débattre, etc. – ce qui peut être qualifié d’éducation à la citoyenneté. Soit on regarde les enfants et leurs expériences sociales, mettant l’accent sur ce qu’ils vivent ici et maintenant dans le collectif, mettant à leur disposition un espace d’expression où les savoirs sont partagés et les sujets individuels valorisés. L’objectif est moins de former des citoyens que de favoriser l’intégration de tous et toutes dans un projet reconnu comme étant celui de chacun.

Le CREDE est soutenu par :

Contact

CREDE
Av. des Figuiers 28
CH - 1007 Lausanne
 
Tél 021 601 74 54
Email:

Vidéos

Plan d’accès

Bus ligne 1 ou 6, arrêt Maladière ou ligne 25, arrêt Maladière-Figuiers