Génération connectée : comment l’accompagner ?

Ce documentaire [1] réalisé par Anne Jochum fait un état des lieux des outils numériques – téléphone portable, ordinateur, tablette, console – et de leurs usages par les enfants et les adolescent/es.

Plusieurs spécialistes de l’enfance, tout en relevant les aspects positifs de ces outils, relèvent aussi les difficultés rencontrées par les enfants qui passent trop de temps devant les écrans. Ils proposent des pistes de compréhension et d’éducation susceptibles de nous aider à bien accompagner cette génération Z, comme l’appelle Caroll Allain [2]. 

Morceaux choisis dans les bonus du documentaire :
Serge Tisseron, psychiatre, nous fait remarquer qu’à force de regarder les écrans, l’enfant ne peut plus se définir comme un acteur du monde, il en devient le spectateur, ce qui est problématique dans la construction de sa vie psychique. Le problème n’est pas ce que les écrans lui apporteraient de toxique mais ce que les écrans lui empêchent de faire dans des périodes charnières de son développement, dans ces moments où certaines capacités peuvent s’installer de façon privilégiée. Il nous rappelle aussi qu’en éducation, c’est l’exemple des adultes qui est essentiel, notamment dans la capacité d’autorégulation face aux écrans. Son conseil : ne jamais ouvrir un écran sans savoir pourquoi on le fait et se donner une durée du temps à y passer. Il ajoute que nous sommes des créatures du visuel et de la parole et qu’à ce titre, il est primordial de parler avec les enfants de ce qu’ils voient sur leurs écrans.

Laurence Davoust-Lamour, sociologue, nous rend attentifs à notre rôle d’accompagnement des usagers au discernement nécessaire à la lecture des images car il est très compliqué de se dire que ce qu’on a vu ou lu n’est pas forcément une information valide. 

Charles Joffelin, psychothérapeute, nous dit l’importance d’apprendre aux enfants à dire « non » à bon escient. Nous savons que les adolescents vont chercher du bien-être sur les réseaux sociaux car ils ont besoin de messages, à défaut de personnes, qui valorisent ce qu’ils sont en train de construire comme identité. Ils y trouvent des encouragements, des félicitations, des validations mais aussi du harcèlement et de la dévalorisation. Pour qu’ils soient prêts à naviguer dans ces réseaux et à ne pas devenir victimes de harcèlement, il faut qu’ils aient appris à se défendre.  Cet apprentissage commence très tôt. C’est à l’adulte, le parent, l’éducateur, l’enseignant de lui apprendre à reconnaître et à évaluer les situations de relations avec les autres, à se fier à ce qu’il ressent, à prendre position pour se défendre. C’est à cette condition que l’enfant devenu adolescent pourra placer des limites autour de l’usage des réseaux sociaux.

Et le mot de fin à Serge Tisseron qui nous prédit que tous nos efforts pour prendre du recul par rapport au numérique et pour bien gérer ces outils nous seront utiles pour aborder la prochaine grande révolution robotique. Il est optimiste sur l’être humain et ses possibilités d’adaptation mais pessimiste sur la manière dont les pouvoirs politiques et économiques peuvent manier ces outils pour transformer les citoyens en moutons conditionnés et obéissants. Très préoccupant !

[1] JOCHUM, A. (2017), Génération connectée : comment l’accompagner ?, Les Films Préparons Demain
[2] ALLAIN, C. (2015), Génération Z. Les rois de l’hyperconnexion, Montréal : Les productions Carol Allain

La bande-annonce est disponible sur YouTube.

Abonnez-vous à notre newsletter

Contact

CREDE
Av. des Figuiers 28
CH - 1007 Lausanne
 
Tél 021 601 74 54
Email:

Plan d’accès

Bus ligne 1 ou 6, arrêt Maladière ou ligne 25, arrêt Maladière-Figuiers